C’est dans le département du Var, à proximité de la ville de Toulon que se trouve le mont Faron. Ce sommet calcaire fait partie des monts toulonnais. Il culmine à 584 mètres. Plus qu’un simple sommet de montagne, c’est un endroit historique puisqu’il constituait un réseau de fortifications défensives dans les XVIIe et XVIIIe siècles. On peut toujours admirer dans ce cas les neuf forts qui veillent sur la rade. Ce sont les tours de l’Ubac et de Beaumont, les forts Saint-Antoine, la Croix-Faron et Faron, le retranchement de Leydet, le Sanctuaire, l’Impluvium et la caserne du Centre.

Petite histoire sur le mont Faron

Le nom de ce mont lui a été donné à partir du XIIIe siècle. Autrefois, les hommes du Néolithique et du Paléolithique occupaient ce lieu.

Pendant le Moyen-Age, des chênes verts parasités parle kermès des teinturiers couvraient le mont. Les œufs de ce petit insecte servaient à fabriquer un colorant rouge corail utilisé pour teindre les textiles. L’arrivée de la cochenille mit fin à cette production.

Vers 1 500, le mont a été mis à l’abandon. La végétation qui s’y trouvait a été détruite par les humains et leurs troupeaux de bêtes.

Le mont est redevenu historique après la Seconde Guerre Mondiale. Pendant cette guerre, il a été occupé par les Allemands. Après le fameux débarquement allié en Provence en aout 1944, il a été libéré. Un mémorial est alors édifié sur place pour se souvenir de cette libération. Il a été inauguré en 1964.

Le mont Faron actuellement

Gérer par le TPM et la REDIF, le plateau du mont Faron fait au total 108 hectares de surface. On y trouve plusieurs lieux intéressants à savoir le musée-mémorial du débarquement en Provence, le zoo-Fauverie et deux restaurants.

C’est le meilleur endroit à visiter absolument si l’on souhaite avoir la plus belle vue de cette zone. On peut y accéder à pied ou en prenant le téléphérique. Ce moyen de transport particulier transporte chaque année plus de 80 000 individus de la ville vers le mont Faron. Certes, il y a d’autres moyens permettant d’accéder à ce site. Mais il reste, le préféré des touristes et des vacanciers.

Pour embellir le lieu, plusieurs associations et organisations comme l’ONF en partenariat avec les écoles de la ville toulonnaise y plantent des arbres tous les ans. Le but est de redonner son air naturellement boisé à ce lieu. D’ailleurs, on envisage d’intégrer ce site dans le classement « Natura 2 000 ». Les procédures sont déjà en marche.