Dans la ville de Toulon, quartier du Mourillon, dans une bastide appelée villa Jules Verne, est niché un site touristique exceptionnel : le musée des Arts Asiatiques. Comme son nom l’indique, cet endroit est destiné à présenter particulièrement des arts venus de l’est. Toutes les collections y sont présentées par origine géographique. C’est en 2001 que ce musée a ouvert pour la première fois ses portes. En général, les pièces qui sont présentes dans ce musée sont issues de dons faits par des familles de marins toulonnais ou des collectionneurs.

Les collections du musée

Comme on parle d’arts asiatiques, plusieurs pays de l’Est sont représentés à travers les arts qu’on expose dans ce musée. La plupart des pièces des collections viennent toutefois de Chine. Celles-ci sont rassemblées par dynasties. Au total, elles en sont trois dont celles des origines jusqu’à la dynastie Song, celles qui viennent de la dynastie Ming et celles de la dynastie Qing.

Les pièces japonaises sont catégorisées par périodes de 764 à 1868 dont l’époque de Heian, l’époque de Kamakura, l’époque de Momoyama et l’époque d’Edo.

Pour les arts venus de l’Inde, il y a deux catégories : les pièces de l’Inde ancienne et les pièces de l’Inde Contemporaine.

On peut aussi y apprécier des éléments venus de la Mongolie et du Tibet. Ceux-ci datent des XVIII et XIXe siècles.

Des arts conçus dans le reste de l’Asie du Sud-Est sont aussi représentés dans le musée. Ces collections proviennent notamment du Cambodge, Ceylan, Vietnam-Tonkin, Birmanie, Java ou encore Thaïlande. Les pièces datent généralement des XVII et XIXe siècles.

Les principales origines des pièces anciennes du musée

Bien que la demeure qui loge le musée appartienne au début au fils de Jules Verne, ce n’est pas celui-ci qui est à l’origine des différentes collections de pièces présentes actuellement dans le site. La majorité de la collection notamment les plus anciennes provient de legs à la cité toulonnaise puis au musée.

Les premières pièces furent données par Baron de Rothschild en 1892. Certaines sont offertes par Madame Lalande. En 1961, Hippolyte Fauvevrge de French donne 473 pièces pour enrichir le musée. Elles sont composées d’objets en jade, en métal ou en ivoire. Des peintures en tissus de Chine, du Japon, d’Inde ou d’Asie du Sud-Est font également partie des offres faites par cette personne.

En 1965, 32 pièces ont été léguées par Madame Vittu de Keraoul. En 1974, le commandant Morazzani a également donné sa part. Une année plus tard, l’amiral Dalles en a fait pareil. Madame Morazzani a fait les derniers dons parmi les plus importants en 1986.